Une histoire belge.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une histoire belge.

Message  frederic le Sam 18 Sep 2010 - 11:04

Hier, on a testé avec Seb, la mécanique à chenilles... Une petite unité de Dragons portés gaulois bien motivés à stoper l'envahisseurs germains! C'était le début de la guerre et on n'a pas utilisé la dimension aérienne. En bref, le matériel français est meilleur que celui allemand! Les Panzers I et II auraient du être renvoyés au maintient de l'ordre, mais pas en unité de combats. Ils n'ont pas arrétés les automitrailleuses françaises Crying or Very sad , décevant! Bosch du travail de pros!!! A revoir !!
avatar
frederic
Secrétaire

Age : 43
Nombre de messages : 1171
Localisation : Sélestat
Date d'inscription : 13/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Histoire

Message  P.Thaddeus Thor Kornhauer le Sam 18 Sep 2010 - 11:57

Historiquement , le matériel français valait bien et souvent surpassait celui de l'armée allemande . Ce qui a péché , c'est le commandement qui était souvent dépassé par les évènements , l'intendance qui n'avait pas été adaptée à une guerre proche et qui ne pouvait donc pas fournir de matériel suffisant à de nombreuses unités et la philosophie de combat qui datait de la guerre précédente et qui , essentiellement , prônait pour les blindés , et aussi souvent pour l'aviation , un rôle de soutien à l'infanterie en petits groupes saupoudrés dans les diverses armées d'infanterie , plutôt qu'en unités autonomes comme pour les allemands . Donc , même si le matériel français pouvait facilement faire jeu égal avec l'allemand , voire le surpasser , en affrontement équilibré , ce n'était pas le cas sur le front , où 3 ou 4 blindés français se retrouvaient facilement face à 25 ou 30 allemands , d'où la débandade connue .
C'est valable aussi pour l'aviation , le Morane français , par exemple , tenant facilement tête au FW 190 ou au Messerschmitt , mais à un contre dix , ce n'etait plus vrai .
Les allemands ont d'ailleurs intégré à leur armée une grande quantité de matériel français saisi après leur victoire , et pas seulement comme réserve ou bouche-trou ; eux savaient s'en servir , au contraire des hauts gradés de l'armée française . D'ailleurs , là où sur le front , l'armée française a appliqué le même type de tactique que les allemands , avec un commandement adapté et des unités bien pensées , comme l'a fait de Gaulle avec ses chars en 40 , elle a bloqué et même repoussé l'armée allemande en lui faisant des dégats considérables , tant que les réserves de matériel ont été disponnibles et que le reste du front a tenu ; après , même si ces unités étanient efficaces , elles ne pouvaient plus rien .

PTTK .

_________________
Dans un fauteuil avec un bouquin , une bière , un chat et une pipe ... LE BONHEUR !
avatar
P.Thaddeus Thor Kornhauer
Membre

Age : 57
Nombre de messages : 307
Localisation : 77 rue Wilson 68160 Sainte Marie-aux-Mines
Date d'inscription : 11/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une histoire belge.

Message  seb le Sam 18 Sep 2010 - 13:02

Hello,
tout à fait d'accord avec l'analyse du bon Père... Wink
Les soldats francais de 40 se sont bien battus.

Je confirme mon mp à fred pour Moncornet :
donc du chars ( b1bis, somua et r35) contre des pionners avec du pz I, II et IVd ainsi qu'un 88.
Ca te dis pour ton retour ?
a+
seb
santa

_________________
-"Qui va porter la mitrailleuse?"
-"La machine à coudre c'est pour l'Escroc, vu qu'il aime jouer les héros"
avatar
seb
Grand babu

Age : 49
Nombre de messages : 1540
Localisation : Ebersheim
Date d'inscription : 05/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Retour sur Etalle

Message  frederic le Dim 19 Sep 2010 - 17:13

"Le II.Bat du Major Föst a pour mission d'atteindre Etalle et de traverser la Sûre. Un détachement de la 10ème PzD entre en contact avec des éléments de la 2ème D.L.C. Les Allemands subissent des pertes sensibles. Lors de l'attaque sur les ponts sur la Semois, le Kommandeur du II.Bat Major Föst est tué. Le Major Greim reprend la tête du Bataillon à 17 heures. La bataille a débuté à 11heures. Pour achever la percée, il faudra faire appel aux Sturmgeschütze pour conquérir les derniers ponts et repousser les cavaliers français." Grossdeutschland- de Lannoy et Perrigault
Vendredi soir, même si le Major Föst n'est pas mort, nous avons respecté l'histoire. Les cavaliers français ont bien défendu leurs ponts. Le pont principal était toujours allemand, mais les automitrailleuses françaises bloquaient la route vers la Sûre. L'aile droite allemande était passée sur la rive française. Elle était au contact avec l'ennemi, qui se repliait en la tenant en respect!

Pertes françaises: 150 hommes, une HMG, un canon de 25.
Pertes allemandes: 150 hommes, 2 PZ I, un PZ II.
avatar
frederic
Secrétaire

Age : 43
Nombre de messages : 1171
Localisation : Sélestat
Date d'inscription : 13/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une histoire belge.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum