perles d'internet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

perles d'internet

Message  Metus le Jeu 22 Oct 2009 - 19:31

Alors là j'avoue que quand je suis tombé là dessus j'ai été mort de rire pendant quelques temps, vous comprendrez en lisant ^^
Personnellement je dis chapeau à ces étudiants!

Voici le récit d'un enseignant-chercheur célèbre. Il raconte une anecdote vécue avec un collègue chargé de faire passer un examen oral de physique à un étudiant (qui deviendra non moins célèbre).

-----------------------------------------------------------------------------------------------

J'ai reçu un message d'un collègue à propos d'un étudiant.

Il estimait qu'il devait lui donner un zéro à une question de physique, alors que l'étudiant réclamait un 20.

Le professeur et l'étudiant se mirent d'accord pour choisir un arbitre impartial et je fus choisi.

Je lus la question de l'examen :

"Montrez comment il est possible de déterminer la hauteur d'un building à l'aide d'un baromètre. "

L'étudiant avait répondu :

"On prend le baromètre en haut du building, on lui attache une corde, on le fait glisser jusqu' au sol, ensuite on le remonte et on calcule la longueur de la corde. La longueur de la corde donne la hauteur du building."

L'étudiant avait raison vu qu'il avait répondu juste et complètement à la question.

D'un autre côté, je ne pouvais pas lui mettre ses points : dans ce cas, il aurait reçu son grade de physique alors qu'il ne m'avait pas montré de connaissances en physique.

J'ai proposé de donner une autre chance à l'étudiant en lui donnant six minutes pour répondre à la question avec l'avertissement que pour la réponse il devait utiliser ses connaissances en physique.

Après cinq minutes, il n'avait encore rien écrit.

Je lui ai demandé s'il voulait abandonner mais il répondit qu'il avait beaucoup de réponses pour ce problème et qu'il cherchait la meilleure d'entre elles.

Je me suis excusé de l'avoir interrompu et lui ai demandé de continuer.

Dans la minute qui suivit, il se hâta pour me répondre :

"On place le baromètre à la hauteur du toit. On le laisse tomber en calculant son temps de chute avec un chronomètre. Ensuite en utilisant la formule : x=gt²/2, on trouve la hauteur du building. "

A ce moment, j'ai demandé à mon collègue s'il voulait abandonner.

Il me répondit par l'affirmative et donna presque 20 à l'étudiant.

En quittant son bureau, j'ai rappelé l'étudiant car il avait dit qu'il avait plusieurs solutions à ce problème.

"Hé bien, dit-il, il y a plusieurs façon de calculer la hauteur d'un building avec un baromètre. Par exemple, on le place dehors lorsqu'il y a du soleil. On calcule la hauteur du baromètre, la longueur de son ombre et la longueur de l'ombre du building. Ensuite, avec un simple calcul de proportion, on trouve la hauteur du building. "

Bien, lui répondis-je, et les autres.

"Il y a une méthode assez basique que vous allez apprécier. On monte les étages avec un baromètre et en même temps on marque la longueur du baromètre sur le mur. En comptant le nombre de traits, on a la hauteur du building en longueur de baromètre. C'est une méthode très directe. Bien sûr, si vous voulez une méthode plus sophistiquée, vous pouvez prendre le baromètre à une corde, le faire balancer comme un pendule et déterminer la valeur de l'intensité de pesanteur g au niveau de la rue et au niveau de toit. A partir de la différence de g la hauteur de building peut être calculée. De la même façon, on l'attache à une grande corde et en étant sur le toit, on le laisse descendre jusqu'à peu près le niveau de la rue. On le fait balancer comme un pendule et on calcule la hauteur du building à partir de la période de précession. "

Finalement, il conclut : "Il y a encore d'autres façons de résoudre ce problème. Probablement la meilleure est d'aller au sous-sol, frapper à la porte du concierge et lui dire :

"J'ai pour vous un superbe baromètre si vous me dites quelle est la hauteur du building. "

J'ai ensuite demandé à l'étudiant s'il connaissait la réponse que j'attendais. (Mesurer la différence de la pression atmosphérique entre le rez de chaussée et le sommet de l'immeuble)

Il a admis que oui mais qu'il en avait marre du collège et des professeurs qui essayaient de lui apprendre comment il devait penser.


Pour l'anecdote, l'étudiant était Niels Bohr et l'arbitre Rutherford.

PS : Rutherford - Prix Nobel Chimie vers 1910

Bohr - Prix Nobel Physique en 1922




Le deuxième aussi génial:

Question bonus :

L'enfer est-il exothermique (évacue de la chaleur) ou endothermique (absorbe de la chaleur) ? scratch La plupart des étudiants ont exprimé leur croyance en utilisant la loi de Boyle (si un gaz se dilate il se refroidit et inversement) ou ses variantes.

---------------------------------------------------------------------------------------

Un étudiant eut la réponse suivante :


Premièrement, nous avons besoin de connaître comment varie la masse de l'enfer avec le temps. Nous avons donc besoin de connaître à quel taux les âmes entrent et sortent de l'enfer. Je pense que nous pouvons sans risque assumer qu'une fois entrée en enfer, l'âme n'y ressortira plus.

Du coup, aucune âme ne sort. De même pour le calcul du nombre d'entrée des âmes en enfer, nous devons regarder le fonctionnement des différentes religions qui existent de par le monde aujourd'hui. La plupart de ces religions affirment que si vous n'êtes pas un membre de leur religion alors vous irez en enfer.

Comme il existe plus d'une religion exprimant cette règle et comme les gens n'appartiennent pas a plus d'une religion, nous pouvons projeter que toutes les âmes vont en enfer.

Maintenant regardons la vitesse de changement de volume de l'enfer parce que la loi de Boyle spécifie que pour que la pression et la température reste identique en enfer, le volume de l'enfer doit se dilater proportionnellement à l'entrée des âmes.

Cela donne deux possibilités :
1- Si l'enfer se dilate à une vitesse moindre que l'entrée des âmes en enfer, alors la température et la pression en enfer augmenteront indéfiniment jusqu'à ce que l'enfer éclate.
2- Si l'enfer se dilate à une vitesse supérieure à la vitesse d'entrée des âmes en enfer, alors la température diminuera jusqu'à ce que l'enfer gèle.

Laquelle choisir ?

Si nous acceptons le postulat que Teresa m'a répondu durant ma première année d'étudiant qu' "Il fera froid en enfer avant que je couche avec toi" et en tenant compte du fait que j'ai couché avec elle la nuit dernière alors l'hypothèse doit être vraie et alors je suis sûr que l'enfer est exothermique et a déjà gelé. Le corollaire de cette théorie c'est que comme l'enfer a déjà gelé, il s'en suit qu'il n'accepte plus aucune âme et du coup qu'il n'existe plus... Laissant ainsi seul le paradis, ainsi prouvant l'existence d'un être divin ce qui explique pourquoi, la nuit dernière, Teresa n'arrêtait pas de crier "Oh mon dieu !".

Et la dernière, j'avais déjà assez rigolé avec les 2 premières mais celle la m'a achevé^^.
C'est en rapport aux échecs des étudiants aux examens:



Une année comporte 365 jours durant lesquels nous pouvons étudier.
Si on enlève les 52 dimanches d'une année, il reste 313 jours.
En été, il y a 50 jours où il fait trop chaud pour rester enfermé à étudier.
Il reste donc 263 jours.
On dort en moyenne 8h par nuit. Transposées sur une année, ces heures de sommeil représentent 122 jours.
Donc plus que 141 jours pour étudier.
Si on compte que l'on peut tout de même se prendre 1h par jour pour faire ce que l'on aime, ça fait 15 jours de moins...
Ce qui nous laisse 126 jours.
On « gaspille » 2h par jour à manger... bilan on perd encore 30 jours.
Il ne nous en reste déjà plus que 96...

A cela, il faut encore enlever à peu près 40 jours de fériés et de vacances (en dehors des deux mois d'été). On tombe à 56 jours.
Si on estime que les examens et les interros nous pompent 25
précieux jours de notre année, il ne nous reste que 16 jours.

Un bon étudiant digne de ce nom sort en moyenne 288 heures entre septembre et juin. Cela nous fait 12 jours de moins pour étudier et il ne nous reste que 4 malheureux jours !!
Nous sommes humains et nous pouvons bien tomber malade au moins 3 jours sur 365...
Il ne nous reste donc qu'1 jour pour étudier !!! Mais comme par hasard, cet unique jour c'est ton anniversaire.
Donc...

Voilà pourquoi nous ratons nos examens.
avatar
Metus

Age : 24
Nombre de messages : 83
Localisation : Ebersheim
Date d'inscription : 10/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum